OFFRE SPÉCIALE ! CHOISISSEZ 3 SAVONS OU SHAMPOINGS (HORS PROMOTIONS) ET PAYEZ-EN SEULEMENT 2 AVEC LE CODE : 3POUR2

×
DÉCOUVRIR

Savonniers amateurs : les bonnes questions avant de démarrer !

par Lionel Clément septembre 08, 2020

Savonniers amateurs : les bonnes questions avant de démarrer !

Avec la popularité croissante de la tendance zéro déchet, et je ne vais pas m’en plaindre, de plus en plus de personnes décident de fabriquer des produits elles-mêmes plutôt que de les acheter dans le commerce. Pour elles, le bénéfice est énorme :

  • Elles réalisent des économies conséquentes
  • Elles maîtrisent de A à Z les ingrédients qu’elles mettent dans leurs produits
  • Elles ont la satisfaction de devenir autonomes en faisant naître des produits entre leurs mains

Et ça, ça n’a pas de prix !

Et parmi ces produits, il y a le savon… Comme vous le savez, ma savonnerie artisanale est mon métier : je suis un savonnier professionnel. Mais je fais aussi partie de ceux qui encouragent les personnes à apprendre à fabriquer leur propre savon, car je trouve que c’est une expérience tout simplement extraordinaire.

Par contre, la fabrication de savon ne s’improvise pas ! La soude caustique, ou la potasse caustique, utilisés pour la saponification, sont des produits extrêmement dangereux qui peuvent provoquer des brûlures effroyables et vous handicaper gravement. Il faut donc apprendre, se former, pour pouvoir fabriquer son savon en toute sérénité… 

Or, ce que je vois autour de moi dans le milieu zéro déchet, ou encore sur les groupes Facebook, me fait franchement flipper : des personnes qui ne possèdent pas les compétences et les connaissances nécessaires se lancent, au petit bonheur la chance, et se trouvent au pire à se blesser, au mieux à fabriquer des produits dangereux pour leur santé et celle de leur entourage.

Et cela, encouragés par des communautés la plupart du temps tout aussi incompétentes.

J’ai donc décidé, je vous en avais parlé il y a longtemps déjà, de vous proposer de vrais tutos de pro pour fabriquer vous-même votre savon, et cela en toute sécurité. Je commence donc avec cet article, qui va poser les points auxquels vous devez être vigilants avant de vous lancer dans votre fabrication.

Car vous ne pouvez transiger sur votre protection, ni sur la protection de vos proches !

comment fabriquer son savon maison

Suis-je dans de bonnes conditions pour savonner ?

La soude étant un produit extrêmement dangereux, il est important de réunir des conditions idéales pour savonner en toute sécurité.

Dans l’idéal, réservez une pièce particulière à cette activité dans laquelle vous ne laisserez entrer personne pendant que vous fabriquez votre savon. Pour rappel, votre pièce n’est pas un laboratoire de savonnerie : vous pouvez fabriquer votre savon, mais vous ne pouvez ni le vendre, ni le troquer. Si vous en offrez, c’est également à vos risques et périls.

Si vous fabriquez votre savon dans votre cuisine, comme la plupart des savonniers amateurs, veillez :

  • à aérer votre pièce
  • à faire sortir enfants et animaux de la pièce
  • à travailler au calme, et dans des conditions où vous avez le temps !

La question du temps est essentielle : personnellement, je savonne à la maison si je n’ai vraiment QUE ça à faire de ma demie journée. Cela me permet d’éviter d’oublier des ingrédients, ou encore de ne pas respecter les consignes de sécurité dans la précipitation. C’est ce temps que vous allez vous donner qui fera de ce moment de fabrication de savon un réel plaisir, ainsi qu’un moment rempli de sérénité.

Est-ce que j’ai les bons produits ?

Vient ensuite la question des produits…

Pour rappel, le savon est le résultat de la réaction entre un corps gras et une base forte, soude ou potasse caustiques. Ainsi, pour fabriquer votre savon, vous allez avoir besoin d’huiles pour commencer.

Comme je l’ai déjà dit, tout corps gras est saponifiable, mais ce n’est pas une raison pour saponifier n’importe quoi ! D’autant plus que votre produit final va atterrir sur votre peau, donc, autant qu’il soit composé d’huiles irréprochables.

Je vous invite vraiment à choisir des huiles biologiques. Oui, vous pourriez utiliser des huiles conventionnelles, mais tant qu’à être dans une démarche zéro déchet, autant l’adopter jusqu’au bout ! Pour savonner chez vous, vous pouvez tout à fait utiliser des huiles achetées en magasin bio. Pour rappel, les savonniers professionnels sont obligés de veiller à ce que leurs huiles soient de qualité cosmétique.

Pour la soude, ou la potasse, faites attention à acheter de la soude caustique pure ou de la potasse caustique pure. Attention à ne pas confondre avec du bicarbonate de soude ou des cristaux de soude : ces produits sont différents et ont d’autres usages. Ils ne vous permettront pas de fabriquer du savon.

On trouve la soude sous deux formes :

  • En perle
  • En bouteilles de lessive de soude toute prête

Pour débuter, je vous conseille d’acheter la lessive de soude toute prête. Vous la trouverez facilement en supermarché. Attention encore, certaines lessives peuvent contenir des additifs et sont donc impropres à la fabrication de savon. Achetez de la lessive qui ne contient QUE de la soude caustique.

Pour la potasse caustique, qui sert à fabriquer des savons mous, vous la trouverez en droguerie sous la forme de paillettes. Attention, la potasse est tout aussi dangereuse que la soude !

Est-ce que ma recette est équilibrée ?

La recette que vous allez utiliser est essentielle, car c’est elle qui va déterminer la qualité de votre savon au final. En savonnerie, chaque ingrédient doit être pesé au dixième de gramme près au risque de faire varier le résultat final de manière importante.

Je vous proposerai prochainement un tuto pour vous aider à bien formuler une recette, mais en attendant, voici mes conseils :

  • N’utilisez jamais une recette qui n’est pas éprouvée : quand on démarre, il vaut mieux choisir une recette simple qui a déjà fait ses preuves
  • Utilisez une balance de précision pour peser vos huiles et votre soude : oui, c’est un investissement important, mais votre santé en dépend
  • Recalculez TOUJOURS les quantités, et surtout la quantité de soude, avec un calculateur : y compris dans les livres aujourd’hui disponibles sur le marché, on peut lire des énormités.

Personnellement, je vous conseille d’utiliser le calculateur SoapCalc, un calculateur gratuit et 100% en ligne particulièrement fiable. Je vous proposerai bientôt un tuto vidéo sur l’utilisation de SoapCalc.

Ai-je le bon matériel ?

De même qu’on improvise pas une recette de savon, on ne savonne pas dans n’importe quoi. Fabriquer son savon va nécessiter d’investir dans un peu de matériel, mais c’est pour la bonne cause !

Premièrement, on utilise pas les mêmes ustensiles que ceux qu’on utilise pour faire la cuisine ! N’oubliez pas que vous manipulez des produits dangereux : vous devez donc avoir du matériel dédié à la fabrication de savon.

Le matériel de base :

  • Un mixeur plongeur
  • Un jeu de béchers (quand j’ai commencé, j’en avais 3 d’une contenance de 1 litre)
  • Un moule en silicone
  • Un fouet à main
  • Des cuillères en Inox
  • Une balance de précision : c’est cher, mais c’est indispensable ! Choisissez une balance qui mesure à minima au dixième de gramme pour un usage amateur.

Ai-je le bon matériel de protection ?

De même, soyez vigilants à utiliser un matériel de protection adéquat : votre matériel de protection est votre premier rempart en cas d’accident ! Choisissez-le de qualité. Là aussi, il s’agit d’un investissement, mais je ne le répèterai jamais assez : la savonnerie ne s’improvise pas !

Le matériel de protection :

  • Portez des manches longues et un pantalon
  • Des chaussures fermées
  • Une blouse de laboratoire
  • Des lunettes de protection
  • Si vous avez des cheveux longs, une charlotte, ou portez vos cheveux noués
  • Des gants en latex
  • Un masque à cartouche pour protéger vos voies respiratoires si vous faites vous-mêmes votre lessive de soude

Bien entendu, certains penseront que toutes ces précautions sont inutiles ou disproportionnées. mais sachez qu’un accident est très vite arrivé, même chez un professionnel qui prend toutes les précautions adéquates. Personnellement, je ne cautionne aucune forme de laxisme en savonnerie : m’étant déjà brûlé avec de la soude, je peux vous garantir que c’est une expérience que je ne souhaite pas renouveler. Mais avec ces précautions simples, et en investissant dans du matériel de qualité, vous devriez pouvoir savonner en toute sécurité.



Lionel Clément
Lionel Clément

Auteur


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.