Quelle soude choisir pour fabriquer du savon ?

Haaaaa…. La soude… L’ingrédient sans lequel fabriquer du savon serait totalement impossible, mais également l’ingrédient que redoutent le plus les aspirants savonniers ! 

En effet, la soude caustique, également appelée Hydroxyde de sodium, ou NaOH pour son petit nom, avec son PH à plus de 13, est une des substances les plus dangereuses qui soient. Elle peut en effet occasionner de graves brûlures et des dommages irréparables en cas de contact avec les yeux, les muqueuses, ou encore après avoir respiré les vapeurs qu’elle génère lorsqu’elle est mise en contact avec de l’eau. 

Mais pourtant, si vous désirez fabriquer du savon, vous allez bien devoir l’apprivoiser ! Et je vous garantis qu’en prenant les bonnes précautions, vous allez constater que ce n’est pas si compliqué. 

Mais avant de passer à l’utilisation de la soude, savez-vous quelle soude choisir pour fabriquer vos savons ? 

Dans ce billet, je vous dis tout pour bien choisir votre soude, et démarrer sereinement votre apprentissage de la saponification. 

Mais tout d’abord, quels produits contenant de la soude ne permettent pas de fabriquer du savon ? 

La seule soude qui permet de fabriquer du savon, c’est la soude caustique. Point. (concernant la potasse, je vous proposerai un article dédié). 

Donc, on ne peut pas fabriquer du savon avec : 

  • Du bicarbonate de soude, même s’il est parfait pour la réalisation de certains cosmétiques solides ou l’entretien de la maison
  • Des cristaux de soude
  • Du percarbonate de soude
  • Du sel
  • Etc. 

Pourquoi ? Tout simplement parce que ces produits n’ont pas un PH suffisamment basique pour permettre d’enclencher le processus de saponification. 

Bref, ce n’est pas parce que c’est écrit soude que toutes les soudes de valent. Seule la soude caustique dispose des qualités nécessaires à la saponification. 

Sous quelle forme peut-on trouver la soude caustique ? 

On trouve la soude caustique sous deux formes : 

  • La lessive de soude prête à l’emploi
  • La soude en perles, c’est à dire en format solide : il faudra pour l’utiliser faire vous-même votre lessive

La lessive de soude caustique

lessive de soude caustique

Le premier format de soude caustique est la lessive prête à l’emploi : elle est idéale pour les débutants qui souhaitent se familiariser avec la soude en douceur. 

On trouve généralement ce produit dans les supermarchés ou les magasins de bricolage : comme vous le voyez, il est vendu sous la forme de décapant / déboucheur. 

Attention à bien choisir votre lessive de soude pure : certaines marques vendent des lessives de soude avec des parfums ou encore mélangées avec d’autres produits, et il ne sera alors plus possible de fabriquer du savon avec. 

Attention également, ce n’est pas parce que cette lessive de soude est déjà prête qu’elle est inoffensive : elle nécessite pour être utilisée de bien s’équiper avec un matériel de protection adapté. 

Attention également au pourcentage de soude présent dans votre solution : en effet, la concentration de soude peut varier d’une marque à l’autre, généralement entre 28% et 35%. Pour connaitre la concentration de votre produit, c’est très simple : il suffit de lire l’étiquette ! 

Concentration lessive de soude

Ici, comme vous le voyez sur la première ligne, il s’agit d’une lessive de soude avec une concentration à 30%. Cette information est essentielle à partir du moment où vous allez commencer à formuler vos petites recettes. 

La soude caustique en perles

soude caustique en perles

On trouve également la soude en format solide, ce qu’on appelle également de la soude caustique en perles. Ici, il faudra prendre des précautions particulières, puisque c’est vous qui allez fabriquer vous-même votre lessive de soude. Or, au contact d’un liquide, la soude dégage des vapeurs hautement toxiques pour l’appareil respiratoire : un masque à gaz est indispensable. 

C’est donc un conditionnement de la soude à réserver à des publics déjà experts. 

Quel est l’intérêt de prendre de la soude en perles ? Il y en a plusieurs : 

  • pour commencer, l’utilisation de soude en perles va vous permettre de créer des lessives de soude avec des concentrations différentes, ce qui peut être intéressant pour réaliser certains marbrages, comme le Ghost Swirl, ou encore pour certains savons comme le savon de castille qui nécessitera alors moins de temps de séchage. 
  • De plus, vous allez pouvoir utiliser d’autres liquides de dilution, comme de jus de fruits, ou encore des laits végétaux ou animaux. je vous expliquerai dans un prochain article comment faire pour utiliser ces liquides de dilution. 
  • Enfin, et ce n’est pas rien non plus, la lessive de soude en perles est plus économique que la lessive de soude toute prête. 

Attention également à bien conserver votre soude en perles dans un endroit sec, à l’abri de l’humidité. 

Bien choisir sa soude caustique, c’est la base, car sans elle, pas de savon ! Si vous débutez, commencez avec de la lessive de soude toute prête qui vous permettra déjà de réaliser des savons formidables. personnellement, j’utilise indifféremment les deux, en fonction de mes projets.

23 réflexions sur “Quelle soude choisir pour fabriquer du savon ?”

  1. ce n’est pas un peu dommage de diluer la soude avec du lait ? en tout cas article très intéressant merci 🙂
    j’ai un peu du mal à faire baisser le ph de mes savons… peut-être que je devrais filtrer ma lessive de soude… mystère!
    bonne continuation!

    1. Non, ce n’est pas dommage si c’est fait correctement ! Le risque, c’est que la dilution brûle le lait. Pour éviter cela, je vous conseille de congeler le lait. Concernant le PH, il doit être entre 9 et 10 (c’est le PH normal d’un savon).

  2. Bonjour,
    J’ai acheté la même lessive de soude que celle présente sur la première photo cependant il est noté qu’elle est toxique pour les yeux, la peau. J’ai un peu peur des effets qu’elle peut avoir sur la peau.
    Je me demandais, quand elle est diluée avec de l’huile pour fabriquer des savons, elle n’est plus dangereuse pour la peau? Merci beaucoup pour vos réponses.

    1. Le soude est effectivement un produit dangereux et toxique à manipuler avec beaucoup de précautions.
      Mais c’est un élément indispensable à la saponification. Par contre, si le savon est bien fait, il n’y a plus aucune trace de Soude dans le produit final.

  3. Financièrement parlant, j’avoue avoir du mal à comprendre l’utilisation de la soude en perle car :
    1L de lessive de soude a 30% en gros ça coute 4€
    Pour avoir environ la même chose il faut utiliser :
    – 639g de perle de soude (car masse volumique à 2.13g/ml) à 10€/kg soit 6.39€
    – 700g d’eau déminéralisée à 2€/kg soit 1.4€
    Ce qui nous fait un total de 7.80€/l (soit presque le double de la lessive toute faite)
    Alors c’est sur là on parle de recettes ou tu n’utilises pas d’hydrolat, de lait de purée ou jus de fruits/légumes mais uniquement pour un savon huiles+naoh+h2o.
    Du coup pour les recettes que j’ai l’habitude de confectionner, je n’utilise (même après tant d’années à savonner à la maison) que de la lessive de soude. Ca m’évite aussi d’avoir à investir dans un masque à cartouches car les émanations lors de la confection de sa lessive de soude ne sont pas des plus friendly 🙂

    1. L’intérêt de la soude en perles n’est pas que financier. Elle permet par exemple de travailler avec d’autres liquides de dilution que l’eau.
      Par ailleurs, elle permet aussi de travailler d’autres concentrations ce qui permet de faciliter certains marbrages, ou encore certains savons réputés pour avoir une cure longue comme le Castille (100% huile d’olive)

  4. Bonsoir, petite question, pourquoi de l’eau déminéralisée ? Quelle serait la différence avec de l’eau du robinet ou de source ? Merci 🙂

    1. Tout dépend en fait de la qualité de votre eau du robinet. Par exemple, j’habite à Grenoble, et l’eau du robinet est d’excellente qualité puisqu’elle arrive directement des montagnes sans presque aucun traitement. Par contre, dans certaines régions, l’eau du robinet peut être fortement chlorée, ou avoir subi de nombreux traitements, ce qui peut avoir une incidence sur la qualité du savon. Dans ce cas, mieux vaut utiliser de l’eau déminéralisée.

  5. Clairement, j’habite sur un plateau argilo-calcaire, l’eau qu’elle soit puisée en rivière ou en nappe phréatique a été traitée pour limiter son taux de calcaire et chlorée. La saponification c’est de la chimie donc il faut limiter l’apport de composés qu’on ne maîtrise pas, d’où le conseil d’utiliser de l’eau déminéralisée (qui elle est sensée être un minimum “pure”).

  6. Oui comme je disais tout dépend de ce qu’on fait en effet. Pour le marbrage j’ai jamais réussi avec mes recettes (30% coco + 5 a 10% de Karité + lessive de soude) en effet à ce que la trace attende 😀 Je suis donc preneur d’un conseil sur le rapport soude/eau pour retarder tout ça si tu as des infos parce que j’ai eu beau chercher je n’ai pas trouvé quelqu’un qui en parle.

    1. Personnellement, même sur une recette comme la tienne que je réalise souvent, je n’ai jamais eu de problèmes de trace rapide depuis que j’applique les conseils suivants :
      1 – J’attends que mes huiles soient redescendues à 40 – 45°C pour commencer à savonner
      2 – Je sélectionne des fragrances qui n’accélèrent pas la trace : la plupart des fournisseurs donnent cette information
      3 – Hors fragrance, j’utilise des huiles essentielles (qui n’accélèrent pas la trace) ou pas de fragrance du tout.
      4 – J’évite l’huile de ricin, ou encore le beurre de cacao, qui ont tendance à tracer plus vite, si j’ai besoin de faire de beaux marbrages, et donc d’avoir une trace fine le plus longtemps possible. 🙂

  7. Ah mais voilà alors je mets en général 15% d’huile de ricin 🙁 bon je tenterais une autre recette mais j’avoue que cette huile j’en fait une de mes incontournables 🙁

    1. L’huile de ricin est une super huile, mais pas facile à manipuler ! 🙂 Je l’utilise très peu, mis à part dans mes formules de shampoings solides.

  8. Bonjour

    Je souhaite me lancer dans la fabrication de savons mais je crains un peu l’utilisation de la lessive de soude. Vu la dangerosité du produit je me pose la question suivante:
    Est-ce que le produit perd sa toxicité une fois qu’il se trouve dans le savon?

    1. Bonjour, si votre savon est correctement formulé, il ne restera plus de soude caustique dans le produit final. La saponification est ce qu’on appelle une réaction totale, qui ne s’achève que par l’épuisement soit du gras, soit de la soude. En prévoyant un savon avec un surgras suffisamment important, vous ne prendrez aucun risque.

  9. Jessica Chevallereau

    Bonjour j’ai pu valider auprès d’un labo quelques recettes de savons après des mois de travail. Je cherche à louer un local pour avancer et finaliser mon projet. Mais j’ai un peu de mal à trouver des infos sur les “normes de laboratoire de fabrication” exemple : hotte aspirante je suppose,…
    Je travaille déjà en fromagerie donc j’ai une idée sur le sens de la marche que le fabrication soit logique et pratique mais je ne sais pas si il y a des obligations.
    Avez vous des conseils à me donner?
    Merci d’avance pour votre aide,
    Bonne journée

    1. Bonjour Jessica, merci beaucoup pour votre message ! Oui, il existe des normes très strictes pour la création de son laboratoire. J’ai écrit quelques articles à ce sujet que vous trouverez sur ce blog : https://lessavonsdelionel.com/devenir-professionnel-et-creer-sa-savonnerie/quest-ce-quun-savonnier-professionnel
      Si vous souhaitez plus de renseignements, je vous invite à me contacter par mail : lessavonsdelionel@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :